Essais

Le pneu Schwalbe Rocket Ron à l’essai

Test du pneu Schwalbe Rocket Ron monté à l’avant avec un Schwalbe Nobby Nic à l’arrière.
Les deux pneus sont des Tubeless Ready afin de pouvoir les monter de par la suite sur mon Santa Cruz Nomad.
Le montage test est effectué sur mon Yeti ASR5 Alu sur des roues ZTR Crest + moyeux Tune King Kong.

Le Rocket Ron et la performance

Tout d’abord, Schwalbe positionne le Rocket Ron dans la catégorie des pneus à podiums. Selon son constructeur il offre une légèreté et une adhérence remarquable.
C’est également un pneu VTT bourré de technologies pour répondre aux exigences du terrain mais aussi à celles du pilote.

Carcasse 127 TPI : Pour obtenir un pneu à la fois léger et souple.
Gomme triple compound « PaceStar » : Flancs « soft » pour favoriser l’accroche, bande de roulement plus « ferme » pour réduire la résistance au roulement.
U-Blocks : Les crampons extérieurs en forme de U pointent vers l’extérieur afin d’éviter le survirage du pneu.
Snakeskin : Membrane ou tissu qui vient renforcer les flancs du pneu dans les terrains accidentés.

Le choix du Rocket Ron

Le choix de ce pneu reposait sur différents critères.
Afin de passer du Nomad au Yeti, je voualis un pneu Tubeless ready. Compte tenu des terrains sur lesquels j’évolue, je cherchais un pneu alliant légèreté, vitesse et accroche. En monte avant et utiliser pour l’essentiel dans la partie nord de la France en période estivale (pintemps+été), c’est naturellement que j’ai regardé chez Schwalbe.
Enfin, son profil très typé XC colle tout à fait à mon programme.

Le Rocket Ron sur le terrain

Les sensations de légèreté et d’efficacité sont réelles. Dès les premiers kilomètres parcourus, on sent tout de suite le caractère sportif du pneu.
Monté à l’avant le Rocket Ron offre une direction souple et tolérante.
C’est sur sol sec ou légèrement humide et meuble que ce dernier se donne à fond. Dans ces conditions l’accroche reste très bonne même à pleine balle dans les virages.
La bande de roulement laisse la roue monter à sa vitesse de croisière sans jamais la ralentir.
A vive allure comme à vitesse modérée, la stabilité est surprenante et rassurante.

Si sur sols secs et roulants le RoRo conserve un comportement sportif et serein, les sols humides ne sont définitivement pas sa tasse de thé.
Dans ces conditions, l’adhérence reste correcte mais, il en va tout autrement de l’accroche. La moindre prise d’angle est quasiment toujours sanctionnée par un décrochage ou une sortie de piste.
Les virages serrés à bonne vitesse et dans la boue sont donc à proscrire pour ce type de montage.
Par ailleurs, malgré des crampons très bien espacés, le débourrage peut s’avérer être une opération délicate.
Au terme de 6 mois d’utilisation en tubeless, aucune crevaison n’est à déplorer et l’usure reste acceptable.

Conclusion

Le Rocket Ron est un pneu à réserver aux pilotes sportifs, à une utilisation sur sols secs en compétition XC.
Léger et rapide, la version Tubeless Ready gommera (en partie) la fragilité de la version Tubetype (plus légère).
Stable et tolérant, il saura aussi enthousiasmer les pilotes moins techniques. Toutefois, son utilisation dans la boue est à proscrire !

Le Rocket Ron de test

Section : 26×2.25
Tringle : souple
TubeTupe : Tubeless Ready
Pression : 26-54 psi (1,8-3,7 Bar)
Poids constructeur : 570 g
Prix : 41,99 € chez Alltricks

Test du pneu Schwalbe Rocket Ron monté à l’avant avec un Schwalbe Nobby Nic à l’arrière. Les deux pneus sont des Tubeless Ready afin de pouvoir les monter de par la suite sur mon Santa Cruz Nomad. Le montage test est effectué sur mon Yeti ASR5 Alu sur des roues…

Review Overview

Direction
Adhérence
Accroche
Longévité
Vitesse
Prix

User Rating: 1.98 ( 19 votes)
65
Tags

Articles en relation

4 thoughts on “Le pneu Schwalbe Rocket Ron à l’essai”

  1. C’est bizarre de mettre le Rocket Ron à l’avant avec un Nobby Nic derrière… Le Rocket Ron ayant un meilleur rendement quye le Nobby Nic et Nobby Nic une meilleur accroche et un meilleur freinage que le Rocket Ron, c’est plutôt l’inverse qu’il faut faire : Nobby Nic devant et Rocket Ron derrière.

  2. Je viens de lire cet article et reste perplexe, puis je lis les 2 commentaires et me rassure. Et ouais, certains se prennent pour des lumières mais sont à peine des bougies. … Pour ma part, je roule sur un Scott scale 27,5″ de 2016 depuis cette hiver. J’étais en 29″ avec un autre Scott depuis 3 ans avant, mais j’ai préféré redescendre d’une taille pour question de confort de pilotage d’un point de vue tout-à-fait personnel. .pour ma part, j’habite en Bretagne, ou contrairement à la légende il ne pleut pas toute l’année. J’ai horreur de passer mon temps à changer mes pneus. Il m’a donc fallu trouver une monte efficace pour toute l’année… Hutchison Taipan à l’avant, Schwalbe Rocket Ron à l’arrière et ça y va dans toutes les conditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer

Close
Close

Nous avons détecté Adblock.

Merci de le désactiver !!!